Les ventes immobilières à Bègles

Partager sur :
Les ventes immobilières à Bègles

Les ventes immobilières à Bègles bénéficient de l’envie des Français de télétravailler !


Un an après la mise en place du confinement général, près de 1 Français sur 4 est prêt à rajouter jusqu'à 1h de temps de trajet pour rejoindre son bureau pour gagner en qualité de vie…

Vous avez un bien à vendre ? C’est plutôt une bonne nouvelle pour les ventes immobilières à Bègles ! Faisons le point.

Après une année marquée par des périodes successives de confinement et de couvre-feu, les attentes des Français en matière d’immobilier ont beaucoup évolué.

Désormais, le cadre professionnel a pris ses marques dans la sphère privée.

Une étude réalisée par des professionnels de l’immobilier sur le temps de trajet que les Français sont désormais prêts à consacrer entre leur domicile et leur lieu de travail pour gagner en qualité de vie révèle qu’un an après la mise en place du 1er confinement, certains Français veulent repenser leur qualité de vie.

Une qualité motivée par 3 raisons principales :
 

  • Avoir un logement plus grand (37%)
     
  • Avoir un espace extérieur ou un plus grand espace (36%)
     
  • Payer moins cher son logement (32%)


Pour ce faire, ils sont 51% à déclarer être prêts à rallonger de 30 minutes leur temps de trajet pour se rendre sur leur lieu de travail et 21% à ajouter jusqu'à 1h et plus. Un éloignement qui sera conditionné par la possibilité, sur le long terme, de télétravailler.

En effet, l'étude que près d'1/4 des déclarent avoir besoin d'1 jour ou 2 de télétravail par semaine pour s'éloigner de son lieu de travail et plus de 1/4 d'entre eux entre 3 et 5 jours de télétravail.

" Même si les télétravailleurs sont plus attirés par les zones urbaines, force est de constater que l’expérience du distanciel les faits réfléchir : selon une étude SeLoger, 27% d’entre eux envisagent désormais la localisation géographique de leur futur bien différemment (plus à la campagne par exemple, en dehors des grandes agglomérations)", souligne Séverine Amate, porte-parole du Groupe SeLoger. 


O.D. / MySweetProd © Adobe Stock